Il y a déjà quelques semaines, j’ai réalisé un projet d’aménagement pour une jeune artiste que j’admire beaucoup: Florence Robbiano. Le projet concernant la création d’un pop up store. J’ai pris énormément de plaisir à la réaliser et ce pour plusieurs raisons:

Florence Robbiano est une illustratrice liégeoise, au monde à la fois féerique et mystérieux, plein de rêve et de finesse. Comme elle l’écrit sur son site web, elle cherche à révéler à chacun les fragments de magie que nous avons tous en nous, même si nous les oublions parfois. Ses créations sont le reflet de son désir de faire converser les enfants avec l’invisible. Comme une « ode à notre imagination », ses dessins sont à la fois intriguants, et simplement touchants. Uniques, ils sont chacun le fruit d’une inspiration où la musique joue un grand rôle – dans sa playlist, certaines chansons reviennent en particulier lors de la création du même dessin. A chacun correspond donc une ambiance musicale et visuelle. Entre Alice aux pays des merveilles, et caverne d’Ali baba, le monde de Florence est aussi celui de contes, de grimoires poussiéreux aux reliures dorées, posés sur une étagère.

C’est donc cette ambiance féerique et mystérieuse que je me devais de traduire dans le pop-up store imaginé pour elle. Pour ce faire, je suis notamment partie de son tableau Pinterest, créé pour l’occasion: “Ma forêt enchantée”

Partant des rêves de Florence (de vrais sapins, un tutu, des guirlandes, un service à thé de conte de fée, des cadres dépareillés…) et de cette esthétique, j’ai construit ma propre interprétation de l’espace. Voici les images qui m’ont ainsi inspirée pour ce projet.

Avec cette seule contrainte, j’ai cependant eu la chance de pouvoir revenir à la créativité pure. Pour ce projet, c’est ainsi d’abord avec mes crayons et marqueurs à alcool que j’ai entamé mon travail. Ainsi, le projet a d’abord commencé par la lumière – des branchages disposés tout le long de l’espace, dont pendraient des guirlandes. Et un tutu lui-même entouré de lumières, comme des lucioles, pendu à une branche.

Si j’était initialement partie pour l’idée de mettre en place des sapins en 3D dans l’espace, j’ai opté pour cette structure de branches, dont la densité augmenterait au fur et à mesure qu’on s’enfoncerait dans l’espace de vente. Les murs également suivraient ce mouvement, puisqu’il se verraient vêtus d’un tissus où l’image d’une forêt brumeuse serait imprimée. Cette forêt enchantée serait l’endroit rêvé pour exposer des tableaux de toutes formes, couleurs et tailles, mettant en avant les dessins de Florence. Des troncs disposés dans l’espace feraient office de présentoirs et de caisse. En vitrine, le tutu donnerait le ton, tandis que la superposition des couches de branches inviterait l’observateur à entrer et découvrir ce que ce mystère renferme.

A l’arrière, l’espace comprendrait un coin détente, décoré de divers objets à la fois poétiques et mystérieux – non entièrement représentés sur les images ci-dessous. Structurellement, les branchages auraient laissé leur place à des planches, qui, apposées aux murs et au plafond d’une partie de l’espace, figureraient une maisonnette perdue dans la forêt.

ssAu final, au-delà de la note, le projet m’aura appris énormément et surtout, m’aura permis de mêler à la fois aspects structurels et décoratifs plus purs. Il m’a aussi confirmé mon attirance pour les projets maximalistes plutôt que minimalistes. J’aime traiter les objets de seconde main, les couleurs fortes, les univers un peu décalés, fantastiques, bien que ce soit parfois plus difficile à représenter sous forme de dessins 3D – les programmes utilisés pour cela fonctionnent en effet sur base de principes géométriques, laissant peu de place au trait fluide de la main. Il m’a ainsi ramené à mes premières amours, pour la décoration évènementielle et pour les concepts thématiques forts. Je vous reviens prochainement avec d’autres projet au moins tout autant décoratif! J’ai déjà hâte!